Agroalimentaire: Rachel KOMBELA modernise les aliments traditionnels congolais

Richel_kombela-Food

Rachel KOMBELA, modernise les aliments traditionnels congolais dans le but de faire face à l’impossibilité de s’approvisionner en tout temps en produits locaux dans le pays.

Vous avez déjà pensé à ces produits ou denrées alimentaires que vous souhaiteriez voir dans les rayons d’un supermarché, et les avoir prêt à cuire, mais que vous n’aviez malheureusement pas, car toujours commercialisés traditionnellement, difficiles d’être bien conservés,  transportés ou cuits rapidement parce que n’étant pas industrialisés.

On rencontre souvent ce problème en Afrique où les populations sont privées de produits locaux faute de transformation. Or, que l’on soit chez soi, à l’étranger, que l’on ait du temps ou qu’il nous soit imparti, on devrait pouvoir consommer  ces denrées qu’on aime tant ou les avoir à portée, de la même manière que l’on trouve des recettes de grand-mère dans des rayons de supermarché.

C’est fort de ce constat que la jeune entrepreneure Rachel KOMBELA, électrotechnicienne de formation, s’est lancée dans le conditionnement et la modernisation des aliments locaux du Congo, en créant Richel Food.  A travers sa Startup, la jeune entrepreneure industrialise les aliments cultes du pays comme le saka-saka, le foufou, la pâte d’arachide…connus respectivement sous le terme de feuilles de manioc, farine de manioc, beurre de cacahuètes.

Sachant qu’on parle désormais du réveil du continent africain, qui affirme sa prise de conscience dans les TICs, la technologie, l’énergie et aussi bien l’agroalimentaire, cette innovation de Rachel KOMBELA est à saluer puis qu’elle entreprend dans l’agroalimentaire, un secteur déterminant, facteur de développement et de création d’emploi.

Bien que des innovations en agroalimentaire existent déjà, à l’instar de klui-klui au Bénin, mais conditionner du saka-saka prêt à cuire fait toute la différence compte tenu de la réduction du temps de cuisson, au bon plaisir de la ménagère, de la femme active, du célibataire…

Aujourd’hui, Richel Food  qui emploie déjà 12 personnes, envisage de moderniser bien d’autres produits locaux d’Afrique et s’étendre. La Startup a donc besoin de financement et d’équipement pour mieux répondre à la demande grandissante. Bien qu’elle ait débuté avec 8.000.000 F cfa des partenaires, l’apport d’autres investisseurs, généreux donateurs, ONG… serait toujours apprécié pour bien développer Richel Food.

Il faut croire que l’Afrique devient, certes lentement mais sûrement, le “Laboratoire des possibilités/faiseurs d’avenir”!